Chroniques par temps de crise sanitaire

Mayotte, territoire perdu de la République?

(Chronique parue dans Confinews le 24 mars 2020)

Les vols entre la métropole et les départements et collectivités d’Outre-Mer sont interdits du 23 mars à minuit jusqu’au 15 avril au moins en raison de l’épidémie de coronavirus et je pense à mes amis de Mayotte, le 101èmedépartement français qui risque de vivre une situation catastrophique. Ce dimanche, 10 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés sur ce petit archipel de l’océan Indien, portant le nombre de personnes malades à 21 dont trois médecins, un médecin libéral et deux hospitaliers.
La situation sanitaire de Mayotte est très fragile. En février dernier, en un temps qui nous semble déjà lointain, le Défenseur des Droits, Jacques Toubon avait publié un rapport alarmant qui faisait suite aux travaux de la regrettée préfète Yvette Mathieu, chargée de l’outre-mer auprès du Défenseur des droits. Le rapport concluait que « l’offre de soins effective à Mayotte est sous- dimensionnée au regard des besoins. L’offre libérale étant très peu développée dans l’île, c’est le centre hospitalier de Mayotte (CHM) – seul hôpital du département – qui fournit la majeure partie de l’offre de soins, assurant aussi bien les soins hospitaliers que l’activité externe. (…) Le CHM s’appuie sur un réseau de treize centres de consultations – les anciens dispensaires – qui assurent les soins primaires de proximité ainsi que les actions de prévention ». Le nombre de lits hospitalier est de 411 pour toute l’île, soit 1,6 lit pour 1.000 habitants alors que la moyenne nationale se situe autour de 6 lits pour 1.000 habitants. Mayotte ne compte que 16 lits de réanimation.
Le député de Mayotte Mansour Kamardine a adressé ce weekend un S.O.S. au président de la République. Pour le parlementaire, « le coronavirus circule désormais à Mayotte et se propage extrêmement rapidement dans un territoire où de nombreuses zones urbanisées se caractérisent par des conditions sanitaires dégradées, une importante promiscuité et une absence des services de bases aux populations ». Pour l’heure, il lui a été répondu qu’aucun hôpital militaire de campagne, ni de navire médicalisé n’était disponible pour faire face à la situation qui s’annonce. Par ailleurs, depuis le 20 mars, les aéroports réunionnais de Saint-Denis Roland Garros, Pierrefonds et celui de Mayotte-Dzaoudzi ne sont ouverts qu’une demi-journée par 24h. La quarantaine risque d’être terrible à Mayotte, si loin de Paris. Ne laissons pas tomber nos compatriotes de l’océan Indien.
PS : De cet océan Indien venait Jean-Jacques Razafindranazy, jeune retraité médecin urgentiste, le premier médecin décédé du Covid-19 en France. Il était rentré de ses vacances à Madagascar d’où il était originaire, pour reprendre du service et combattre l’épidémie dans l’Oise. RIP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s